Ouzbékistan, pays aux merveilles

Période de voyage: mai 2010

Sur les terres de cette contrée se dressent des villes mythiques de la Route de la Soie. Autrefois traversées par des caravanes, Samarcande et Boukhara sont des bijoux turquoises. Le peuple ouzbek était passé maître dans l’art de la broderie dont celle au fil doré et était aussi connu pour ces habiles artisans sur métaux comme l’or, le cuivre ou le fer, ainsi que pour ces talentueux sculpteurs sur bois. Carrefour entre deux mondes, celui turc et persan, ces villes étaient l’intersection pour des échanges commerciaux et avaient développé un marché artisanal en plein essor. Berceaux scientifiques et religieux, ces anciennes cités ont été pendant des siècles des centres culturels de toute l’Asie Centrale.

 

Leur éloge n’est plus à faire, la multitude de monuments somptueusement décorés de mosaïques et de faïences que nous connaissons aujourd'hui sont des chefs d’œuvres de l’architecture musulmane inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
Médersa Miri Arab à Boukhara

 

 

La propre Tachkent

Nous voilà donc arrivés. Dès le passage de la frontière l’ambiance et quelque peu différente de celle du Kazakhstan, les villages sont plus rapprochés mais surtout beaucoup plus peuplés. Le long de la route que nous parcourons pour rejoindre Tachkent, capitale de l’Ouzbékistan, nous nous laissons enivrer par cette ambiance musulmane retrouvée.

 

Les gens sous les arbres à boire le thé, des femmes aux longues tuniques, des sourires et des saluts nous sont adressés à chaque visage croisé. La population est charmante… on aperçoit rapidement que ces maisons en torchis possèdent toutes une cour intérieure que l’on peut entrevoir depuis l’extérieur. La transition la plus flagrante reste celle de la végétation. Des arbres, des noyers, des peupliers, des abricotiers, des plantes…, des fleurs, des rosiers, etc., les bords de route sont joliment entretenus, les jardins donnant sur les trottoirs ressemblent tous à l’œuvre de passionnés jardiniers.

 

Cependant il fait chaud, très chaud en ce début de mois de mai, et rapidement on se rend compte que la rue se vide, que la sieste est au rendez-vous, mais pas pour nous, car nous souhaitons rejoindre Tachkent ce soir même. Nous sommes attendu par Igor, hôte rencontré via warmshowers, mordu du vélo, qui accepte généreusement d’héberger cette bande des 4 que nous sommes aujourd’hui.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring

Tachkent, l’ambiance soviétique se fait vite ressentir, avec ces constructions massives et ces avenues à 3, 4 ou 5 voies… c’est immense. L’arrivée dans une ville est toujours un moment très spécial d’autant plus quand celle-ci a plus de 2 millions d’habitants ! La dernière fois que nous nous sommes retrouvés dans une aussi grande ville c’était à Baku, en Azerbaïdjan. Heureusement on se fait repêcher par Igor, qui connaît sa ville par cœur mais qui roule comme un fou ; finalement le suivre n’était peut-être pas le plus facile! :)

En général, la ville est très propre et ça respire d’espaces verts ; au milieu des quartiers il y a toujours un petit havre de paix, un parc avec de beaux arbres…

 

La raison déterminante de notre séjour ici est l’obtention des visas, ou surtout DU visa chinois. Celui, qui nous est impossible d’acquérir depuis plusieurs mois, celui qui semble être un vrai problème pour les autres voyageurs avec qui nous sommes en contact, celui qu’il nous faut absolument pour passer en Asie de l’Est.

L’Ouzbékistan est l’un des pays d’Asie Centrale qui conserve un régime politique très proche de celui de l’ex-Urss et par conséquent aux normes de contrôle assez rigides. Passé les 72 heures dans le pays, chaque individu a le devoir de se faire enregistrer quotidiennement. Même notre ami Igor, de nationalité ouzbek, a lui-même un "visa" pour son propre pays lui autorisant à séjourner en dehors de son domicile.

 

Il y a différentes versions quant aux enregistrements, divers récits et expériences. Toutefois, nous sommes tous d’accord que nous n’avons aucune envie de donner à la police les moyens de nous mettre dans une situation incommode. Donc nous décidons de suivre scrupuleusement les lois afin d’être parfaitement en règle et, de la manière la plus simple, ceci engendre de dormir toutes les nuits de notre séjour en Ouzbékistan à l’hôtel, car celui-ci se charge de vous enregistrer auprès de la police.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
Bazar de Chorsu avec son dôme

Après nos deux premières nuits dans le petit appartement de Igor, nous déménageons à l’Hôtel Agra. Lugubre mais tranquille, il est situé à 5 minutes du grand Bazar de Chorsu, reconnaissable facilement par son superbe dôme vert et turquoise. Cet hôtel conviendra pour l’attente des visas. Une fois encore on remercie Davide du bienfait d’être capable de se débrouiller en russe, car sans ça peut-être nous n’aurions pas été admis.

À présent, place à l’émerveillement des premiers monuments historiques qui nous transportent immédiatement dans un monde ancien comme on les décrit dans les contes. Cette architecture islamique est d’une beauté exquise.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
Le nan (pain)

L’atmosphère du Bazar, si particulière, est envoûtante. Des milliers de gens qui fourmillent, qui échangent, discutent, vendent, achètent, regardent… Les artisans, les chapeliers, les bijoutiers, les vendeurs de légumes, de fruits, d’épices, vêtements en tout genre, couteaux, les tresseurs d’osiers…, chacun y a sa place et nous invitent à contempler leur marchandise, au mieux à l’acheter. Sur les étalages on découvre toujours de nouvelles confections typiques du moment ou du lieu. Ici, on peut trouver de délicieuses petites boules de fromage de chèvre aux différents parfums, comme basilic pourpre ou piment, un vrai régal! Les fruits de saisons changent de jour en jour, les femmes ou plutôt les jeunes filles nous invitent à les goûter dans la bassine qu’elles transportent sur la tête. À présent, c’est les fraises!

Se laisser errer dans le bazar est toujours une source de découverte des sens, autant pour l’odorat que pour les papilles ou la vue ; c’est un moyen parfait pour s’immerger dans le pays, pour en connaître ses produits maraîchers, ses traditions décoratives et artisanales. De plus, c’est une bonne façon pour échapper à la chaleur extérieur que de se balader sous ses toits…

 

Tachkent, dernière grande ville avant les montagnes du Tadjikistan … Igor nous informe que si nous avons besoin de pièces de rechange pour le vélo, c’est ici qu’il vaut mieux tenter de les trouver. Davide, se charge de la mission : à la recherche d’un pneu. Il vaque à la tâche dans le bazar, il trouve un petit atelier qui vend toutes sortes de pièces et matériels, parmi lesquels des rustines un peu sèches, des vices neuves et d’autres toutes rouillées, en gros tout ce qui est démontable d’un vélo. Un pneu chinois 26 pouces déjà un peu abîmé par la chaleur sera la meilleur trouvaille, il deviendra le pneu pour la route du Tadjikistan…

 

Nous passons notre temps à vaguer entre bazar, hôtel et ambassades. Au grand plaisir des 3 hommes, nous découvrons aussi l’un des plats principaux de la région : le PLOV ! Ce riz cuit avec le gras du cul de mouton devient pour un temps le plat repas favoris de ces messieurs, avec aussi les chachliks, brochettes cuites au charbon. La coriandre assaisonne presque tous les plats, surtout ces salades vinaigrées de carottes, de choux, de tous légumes qui s’achètent par portion. 

Evidemment il y a encore et toujours les fameuses piroshkis, souvenir russe facile à manger sur le pouce. Mais il fait continuellement plus chaud… alors nous faisons nous aussi la queue avec des tas d’enfants sortis d’école qui s’amassent autour du glacier…

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring

Parlons un peu d’argent. En Ouzbékistan, le plus grand billet vaut 1'000 soum, ce qui équivaut à environ 60 centimes de franc suisse… enfin si vous changez votre argent à la banque, ce que tout le monde ici, même la police à la frontière, déconseille à cause du taux très bas. Le marché noir du change d’argent est monnaie courante. Il entraîne malgré tout bien des sueurs. Au bazar, on trouve très facilement ces hommes changeurs, sauf que les policiers se promènent constamment dans leur uniforme vert, d’ailleurs surnommés « les concombres » par les ouzbeks. À présent, imaginez quand vous voulez changer 100 dollars, la quantité de billets qu’on doit vous donner… pas facile d’être discret. Davide, a eu quelques sueurs froides lors de cette transaction parfaitement réussie, il rentre à l’hôtel, le sac à dos rempli de liasses de billets. Dans ce pays, la valeur monétaire des choses se montre en épaisseur de liasses de billets, plus il y a d’espace entre les mains et plus c’est cher.

 

Dans nos chambres, nous rions beaucoup, chacun ramène gaiement ses envies du moment pour les partager aux autres, puis vient le soir, où alors nous partageons des bières de taille XXL. Voilà, comment nous employons nos journées dans cette capitale. Et un jour nous obtenons enfin notre VISA CHINOIS ! C’est plus qu’un rêve… nous sommes tous émoustillés et allons fêter ça gaiement avec un bon plov !

Nous pouvons donc enfin quitter cette ville et s’ en aller voir la merveilleuse Samarcande. Nous chargeons tout notre matos et prenons le train, le plus luxueux que nous n’ayons jamais pris… nous regardons les paysages défiler à une vitesse inhabituelle… et quelques 330 kilomètres plus loin, nous y sommes déjà.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
Dans notre chambre à l'hôtel Agra

 

 

Samarcande la majestueuse

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
La vue à la sortie de notre guesthouse: le Registan.

Son nom à lui seul évoque immédiatement la magie orientale, celle des récits des mille et une nuits. Samarcande, ville au décor rêvé, aux splendides monuments historiques, elle nous rappelle naturellement la Route de la Soie, ou au moins une d'entre elles. Dorénavant, la suite de notre voyage se poursuivra sur un de ces chemins tant empruntés depuis des siècles…

 

Contrairement à ce que l’on pourrait parfois penser, les constructions qu’il est possible d’admirer de nos jours datent de l’époque des timourides, successeurs du grand conquéreur Tamerlan (Timur Lang), soit du XVème siècle. Car tout comme Boukhara, Samarcande a été rasée par Gengis Khan et son armée en 1220.

 

Ulugh Beg, petit-fils de Tamerlan, astronome, fit construire à Samarcande un observatoire astronomique et une médersa où lui-même enseignait. Grâce à lui, nombreux sont les scientifiques venus du monde entier pour collaborer sur des travaux de grande qualité. La ville était alors devenue un lieu de prédilection pour la science, un extraordinaire laboratoire intellectuel et culturel dans le monde entier à l’époque du Moyen Age.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
Jeunes filles ouzbeks

L’excitation est forte, nous y voilà… bien que complètement remise à neuf et aseptisée, la vue des premiers édifices si majestueux nous semble irréelle. Ils sont là au milieu de cette petite ville, gigantesquement somptueux… Sur recommandation de plusieurs voyageurs, nous nous rendons au Bed & Breakfast familial du Bahodir qui se situe au cœur de la ville. C’est complètement mythique, nous sommes au centre de cette sublime et élégante architecture historique.

 

Nous flânerons des jours entre mosquées, madrasas et mausolées, à se perdre dans l’immensité de ces bâtiments et à contempler leur beauté. Autour de ces hauts lieux, la ville a été complètement rendue sans âme, moderne, faite d’une allée marchande, d’un parc cadré aux fontaines et aux arbres alignés, le tout garnis de centaines de lampadaires. Mais une fois passé l’enceinte du centre ville, on retrouve vite une climat plus authentique et vif. Les vieux quartiers semblent intacts, c’est un vrai contraste. Les habitants sont très accueillants et aujourd’hui, grâce à eux, cette ville vit de couleurs et de sourires.

 

La rue piétonne principale est bondée de touristes et d’habitants, c’est un mélange de voyageurs et de populations traditionnellement habillées. Ou encore, de ces familles musulmanes vêtues de leurs plus beaux habits pour venir visiter les lieux saints de l’islam et qui se font allègrement photographier devant l’immense Registan, place principale, cœur de l’ancienne Samarcande, composé de deux madrasas et d’une mosquée.

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
Mausolé de Tamerlan: le Gour-Emir

En témoignage de la vénération pour Tamerlan, son grandiose et éblouissant mausolée, le Gour-Emir, décor de marbre, de jade, d’onyx et de dorures, se dresse en haut d’une petite colline. De nos jours le peuple ouzbek vient toujours s’y recueillir ; les 70 années de communisme soviétique n’ont pas réussi à altérer ce culte.

 

La promenade demeure une habitude culturelle ouzbek. Sur tout le site historique ont été aménagés des ruelles pavées bordées d’espaces verts avec des mûriers. Des bancs ont également été installés un peu partout afin de permettre aux gens de s’asseoir et se détendre, de prendre le temps.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring

 

Ici, il est facile de discuter, les enfants vivent constamment avec les touristes. Ils en sont très curieux et n’ont pas peur de venir leur parler, ils prennent plaisir à vous saluer et à échanger quelques mots. Mais dans tout cet amalgame de choses, le plus animé est le festival de couleurs ! En plus de cette multitude de bleus et de verts qui embellissent les monuments il y a le mouvement des femmes aux soyeuses tuniques colorées et coiffées d’ornements de tout éclat. Toutes les couleurs défilent sous nos yeux, ça frétille ! Quant aux hommes, ils portent leur plus beau costume et, généralement, le couvre-chef ouzbek traditionnel, une calotte en carton ou en velours noir appelée "tioupé". Les tioupés sont décorés de motifs blancs symbolisant une marque d’appartenance comme par exemple une région ou une ethnie. Parfois sur leur tête s’enroule délicatement le traditionnel turban "chalma". Les gens, et dans ce cas plus particulièrement les femmes, s’abritent du soleil avec des parapluies qui font alors usage de parasols.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring

Bien entendu, la splendeur des édifices dépasse l’imagination, tout est haut, les portes d’entrée sont colossales, tout est dimensionnellement inhabituel pour nous. Les coupoles bleues parfois touffues d’herbes vertes percevables aux alentours transmettent un sentiment d’antan. Et à l’approche des murs on peut voir ces décorations particulières, tous ces petits carrés de céramique aux couleurs contrastées minutieusement disposés sur toutes les façades. Dans le merveilleux de la grandeur on peut aussi admirer la finesse du détail. Quand on observe les édifices il y a quelque chose d’étrange, rien n’est droit. Les minarets cylindriques sont penchés, les façades courbées ; on dit que cette architecture apporte à l’observateur d’autant plus la sensation de petitesse. La restauration se poursuit toujours et nous permet de voir certaines techniques de construction.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring

On peut aussi apprécier le travail artisanal, la qualité des finitions et le savoir-faire des artisans et artistes par ces portes en bois sculptées ou encore ces colonnes servant à soutenir l’avant des espaces couverts des mosquées, le tout embellit de remarquables peintures murales d’époque aux couleurs vives.

Chaque mosquée, madrasa ou mausolée possède une façade principale dont l'entrée est caractérisée par un "pishtak" (portail), qui est une énorme voûte habituellement décorée de bandes calligraphiques, de carrelage glacé et de dessins géométriques. Ceci est un élément d’architecture islamique d’origine persane.

 

Au réveil, c’est un délice de sortir se balader à travers le site. C’est doux, on y voit quelques croyants musulmans venus prier, l’atmosphère est calme et vide… les monuments deviennent alors encore plus imposants. C’est aussi le bon moment pour une petite cueillette, les mûriers sont en cette période garnis de leurs succulents fruits qui regorgent de sucre. C’est aussi l’heure la plus propice à la rengaine habituelle à laquelle nous avons droit tous les jours, les fameuses propositions indécentes des policiers chargés de garder le site: «Do you want to climb the minaret?»  Voilà, ce qu’ils viennent sans cesse glisser discrètement dans les oreilles des touristes. Effectivement, la vue de là haut doit être fort belle, surtout quand ils vous disent: «Today beautiful sunset!». Les prix varient en fonction du policier… mais au final nous n’aurons pas cédé à ce back-market local… peut-être une autre fois? :-)

 

Au milieu de cet endroit enchanté nous vivons dans un havre de paix et de paresse. Celui de la confortable tapchan de la cour intérieure de notre pension, où il y a des ceps de vignes fortifiés par des bars métalliques, créant un avant-toit qui conserve un peu de fraîcheur.

 

Nous passerons de la contemplation des bâtisses, avec nonchalance sous le soleil torride qui pique la peau, à la léthargie joyeuse de profiter de la tapchan. Celle-ci est une plateforme surélevée sur laquelle est disposée une table basse. Utilisée pour se relaxer et être allongé à l’extérieur, la tapchan est entre autre un objet de convivialité. Ses fonctions sont celle de table ou de lit, elle est recouverte d’un mince matelas et pourvue de coussins. Nous passons de nombreuses heures à apprécier notre petit royaume où l’on nous sert des repas copieux, à rester là couchés, assis, à lire, à boire du thé, à discuter, à ne rien faire… juste à se laisser bercer par cet air chaud et la tranquillité de cette cour.

 

A présent, c’est le temps des cerises !

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
Grégoire profitant pleinement de la tapchan
voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
Davide, Grégoire, Arnau, Laeti, Nic et Jon

Samarcande demeure un lieu de rencontre pour les voyageurs de par sa position. Quotidiennement, il en arrive de partout car c’est habituellement le point de départ pour gagner les hauteurs de la région voisine et surtout c’est la bonne saison pour s’y rendre.

C’est ainsi, que nous rencontrons des dizaines de voyageurs à vélo et que nous échangeons des tas d’infos. Comme nous, une bonne partie d’entre eux vont emprunter la même route pour rejoindre le haut plateau du Pamir tadjik. Parmi ces voyageurs, nous retrouvons Nic et Jon ! Nous nous retrouvons ainsi les 6 ensemble, comme il y a de ça plusieurs mois lorsque nous étions au monastère de Deir Marmousa en Syrie. (lire l'article)

 

Pour l’instant nous avons encore des jours à patienter avant la date d’entrée de notre visa tadjik, et surtout l’envie d’aller voir la ville sainte de Boukhara est forte. Nous décidons donc de nous y rendre pour quelques jours avant de revenir à Samarcande nous préparer au grand départ qui nous emmènera haut, très haut… on espère…

Nous laissons le gros de nos affaires au Bahodir et voyageons léger pour la première fois depuis le début de cette aventure.

 

 

Boukhara, ville de couleur terre

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring

Le premier sentiment en se promenant est l’authenticité. La ville a été rénovée et elle est vraiment bien entretenue. Les coupoles turquoises sont encore plus resplendissantes au milieu de ce décor de couleur terre. Les monuments et le cœur de cette ville sont bâties de briques, c’est une petite oasis qui semble être figée dans le temps, au plein milieu du climat très aride du sud de l’Ouzbékistan.

 

Contrairement à Samarcande, le paysage urbain de Boukhara représente toutes les étapes de l’histoire de la ville. Ancienne de plus de 2'000 ans elle est un vrai musée en plein air (on peut y voir des édifices datant du Xème siècle). Nous nous livrons à sa découverte. Les artisans de toute sorte sont à l’œuvre, par exemple on peut observer avec quelle dextérité et finesse les ciseleurs travaillent ; mais la chaleur est torride et il est difficile de résister longtemps sans être à la recherche constante d’un bout d’ombre. Le ciel bleu vient contraster d’autant plus la beauté du lieu mais la lumière est puissante, les yeux se plissent…

 

D’avant la destruction de la ville par le sanguinaire conquérant mongol Gengis Khan, il ne subsiste que quelques bâtiments, dont l’impressionnant minaret Kalon. Ce splendide minaret terminé en 1127 est haut de 47 mètres ; émerveillé par la majesté de celui-ci, Gengis Khan décida de l’épargner.

 

voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
La cour intérieure de la mosquée Kalon et son immense minaret, à l'extérieur
voyage à vélo en ouzbékistan, bike touring
Chambre de Grégoire et Arnau chez Mubijon

Encore une fois sur recommandation d’autres voyageurs, nous décidons de loger à la pension Mubijon. Et bien, c’est une décision que nous sommes heureux d’avoir prise. Non pas uniquement pour l’endroit qui est particulièrement charmant, mais plutôt pour le maître des lieux : Monsieur Mubijon. Cet homme, ex-champion de course à pied de l’ex-URSS est d’un tempérament des plus marrants. Avec ces quelques 3 mots d’anglais il se fait comprendre parfaitement… « Madam ! » dit-il en souriant et en levant le pouce, quand il voit Laetitia servir le thé ou débarrasser la table. Le cachet de cette maison datant de 1766 est singulièrement étonnant, pour la trouver nous prenons quelques petites rues, puis suivons un panneau avec les anneaux olympiques, et lorsqu’on passe la porte d’entrée en bois, devant nous apparaît une superbe cour intérieure entourée d’appartements sur deux étages, soutenus par des poutres portant les marques du temps. Au milieu de la cour, un merveilleux mûrier qui grandit à son goût. Une ancienne porte en bois sculpté, fermée par un gros cadenas, donne sur les chambres joliment aménagées, typiquement décorées et truffées de vieilleries et de bibelots. La restauration de ces pièces a préservé cette ambiance chaleureuse d’autrefois. Nous vivons dans un poème.

 

Alors que nous flânons d’étalages en boutiques, par une heureuse surprise Ela et Tobi surgissent devant nous. Une autre retrouvaille, cette fois mi-programmée mais encore plus surprenante ,nous attend : celle d’avec Thao et Robert. Thao est l’ancienne collègue de Davide au CICR, partie en mission à Kabul et en ce moment en congé à Boukhara. On commence définitivement à croire que le monde est vaste (surtout quand on pédale :-P) mais petit à la fois.

 

Nous nous enfilons dans les petites ruelles pour rejoindre le Lyab-I-Khauz, centre de la vieille ville, composé aujourd’hui d’un bassin entouré de platanes et mûriers centenaires, où l’on peut trouver un peu d’ombre et de fraîcheur. Nous y fêterons l’anniversaire de Grégoire !

 

Côté lecture, nous avons tous les 4 lu le superbe "Samarcande" de Amin Malouf et avons pu connaître son personnage central, Omar Khayyam, poète, mathematician et grand buveur de pinard. Voici un de ses célèbres quatrains: 

 

Quel homme n’a jamais transgressé Ta loi, dis ?

Une vie sans péché, qu’elle goût a-t-elle, dis ?

Si Tu punis le mal que j’ai fait par le mal,

Quelle est la différence entre Toi et moi, dis ?

 

 

Retour à Maracanda, de nos jours appelée Samarcande

Revenir sur ces lieux après seulement deux jours nous donne une impression de retour à la maison. Notre fidèle tapchan nous manquait déjà tellement… Avant notre escapade à Boukhara, nous y avons passé plus de 10 jours. Maintenant, il est temps de se préparer pour l’aventure tadjike.

 

Par temps clair, on aperçoit au loin la première barrière de montagnes, une fois passés de l’autre côté ce sera pour nous le début d’une ascension dans un nouveau pays, le Tadjikistan. Mais concrètement, les frontières de ces nouveaux pays d’Asie Centrale sont si récentes et bien souvent sans sens apparent si ce n’est celui des enjeux géopolitiques. Rappelons très brièvement que jadis l’Asie Centrale était une région nommée le Turkestan, peuplée de différentes ethnies. Lors de l’occupation des russes elle a été découpée en républiques socialistes soviétiques (RSS). Donc, à l’époque, pour Staline ces frontières avaient un sens, c’était la politique de la fragmentation des ethnies, séparant ainsi les peuples par une limite déterminée afin de noyer les séparatistes. Les conséquences aujourd’hui sont bien tristes. Par exemple les conflits dans la région de Ferghana partagée entre l’Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Tadjikistan. Ces frontières ont parfois été tirées à la règle. Autre exemple, Samarcande est peuplée de tadjiks, il n’est pas rare que les gens vous disent qu’ils ne sont pas ouzbeks et parlent ainsi plusieurs langues de la région. Le Pamir tadjik est peuplé de kirghizes…

 

Rêveurs de cette première chaîne que l’on distingue à peine, bientôt nous quittons cette ville phare de la Route de la Soie pour emprunter le chemin des anciens. Nous n’aurons même pas pédalé 100 kilomètres en Ouzbékistan !!!

 

Et voici, pour terminer, le diaporama. Vous l'avez merité, chers lecteurs!

 

LES LIENS

Tous les albums: http://www.entreicietla.com/photos-1/

Retrouvez les autres articles du blog: http://www.entreicietla.com/blog-1/

 

Album Ouzbékistan

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 17
  • #1

    Chiara Del Ponte (mercredi, 23 février 2011 18:07)

    Siete fortunatissimi d'aver visto meraviglie simili!vi dico che Omar Khayyam è un autore che conosco bene ed ammiro molto. -O cuore, fa' conto d'avere tutte le cose del mondo,fa'conto che tutto ti sia giardino delizioso di verde, e tu su quell'erba verde fa' conto d'esser rugiada gocciata colà nella notte, e al sorger dell'alba svanita.- Sono sue queste rime stupende. Vi regalerò le sue quartine quando avrò il piacere di conoscervi. Leggete ancora questa:-Se bevi vino, bevilo insieme ai sapienti o insieme a una bella fanciulla dal volto di tulipano. Non prenderne molto, né di frequente, né in pubblico. Ma poco, ogni tanto e in segreto.- un abbraccio. Chiara

  • #2

    Maryse & Damien (mercredi, 23 février 2011 19:38)

    C'est de "L'Usage du Monde" pur sucre que vous nous faites-là! Quelles merveilles...
    Bonnes pensées pour vous en tous cas :-)
    Et bons baiser du Limousin, où nous sommes paumés perdus isolés dans une petite ferme chez une amie. Veaux, vaches, cochons. Le bonheur tout simple pendant une semaine...

  • #3

    Désirée Buchs Ticino (samedi, 26 février 2011 22:49)

    Comme d'habitude je suis ravie de lire votre commentaire du voyage et les magnifiques photos! Vous devriez en faire un livre! Bonne continuation.
    Saluti del Ticino, Désirée

  • #4

    Memutihkan Wajah Secara Alami (jeudi, 31 décembre 2015 08:12)

    Köszönöm információk nagyon érdekes és remélhetoleg hasznos

  • #5

    Obat Gerd Paling Ampuh (mercredi, 13 janvier 2016 08:11)

    die Informationen sind sehr nett und hilfsbereit zu uns, wir als Droge Verkäufer sagen, ich danke Ihnen so sehr für den Austausch von ihnen, Gott immer segne uns. :)

  • #6

    Obat Herbal Ejakulasi Dini Paling Ampuh (samedi, 16 janvier 2016 03:05)

    mantap beritanya, terimakasih atas beritanya.

  • #7

    obat herbal kelenjar getah bening (jeudi, 28 janvier 2016 10:04)

    may be useful, the information is very interesting

  • #8

    CARA MENGHILANGKAN BERCAK PUTIH (mardi, 08 mars 2016 07:12)

    sorry I helped to establish the link.
    your website is very good and this article is very useful.
    good luck and always success for your blogging.

  • #9

    OBAT HERBAL KISTA BARTHOLIN (mercredi, 16 mars 2016 10:03)

    selamat siang gan,
    salam kenal, blogger baru nih,
    ijin berkomentar yaa, hehe...
    semoga artikelnya bermanfaat dan blognya bisa maju terus, okeh.

  • #10

    Obat Untuk Penyakit Kondiloma Akuminata (jeudi, 09 juin 2016 06:49)

    mantap nih.. salam sehat dari kami untuk semuanya..

  • #11

    OBAT HERBAL PSORIASIS (lundi, 30 janvier 2017 09:55)

    selamat siang, salam blogger, sobat.
    ijin berkunjung untuk berkomentar yah, :D
    perdana nih,
    sukses yah buat blog nya :)

  • #12

    OBAT HERBAL PSORIASIS (mercredi, 22 mars 2017 10:24)

    halo gan, salam kenal.
    ijin berkomentar yah, sukses buat blog nya :)

  • #13

    OBAT HERBAL ZAKAR BENGKAK SEBELAH (lundi, 17 avril 2017 11:14)

    Halo sobat blogger, ijin berkunjung ya.
    salam kenal dengan saya, blogger baru :D

  • #14

    CARA MENGOBATI PSORIASIS (vendredi, 09 juin 2017 08:44)

    halo sobat blogger.
    ijin berkunjung dan berkomentar yah, :D
    kunjungan perdana nih, salam kenal yaa... :)

  • #15

    OBAT VITILIGO YANG AMPUH (jeudi, 20 juillet 2017 11:11)

    selamat sore, ijin berkunjung dan berkenalan
    semoga blog nya sukses terus dan artikel2nya bermanfaat yaaa

  • #16

    OBAT PELANCAR HAID (mercredi, 10 janvier 2018 02:45)

    pagi gan lkut komentar kunjungan pertama nih. salam sukses selalu

  • #17

    OBAT MENOPAUSE DINI (mercredi, 31 janvier 2018 02:25)

    https://goo.gl/ss4Gpr

    happy MORNING GAN
    greetings know, new blogger nih,
    permission to comment yaa, hehe ...
    hopefully useful article and blog can go forward, okeh.